Auteur Message

One_Piece45

Grand Fantasia GameSage FR
One_Piece45
Inscrit le
Mer 10 Juil 2013
Messages
106
Lieu
France
Publié le08 11 2017, 1:28 pm

[Event Écriture] Le temps d'un combat

Alors qu’on ne devait que passer quelques temps en vacances sur cette petite île de Siwa, des vacances paisibles en famille où les nouveaux combattants se rencontrent pour apprendre les bases du combat, le mal vînt s’installer sur cette petite île.

Malgré le Baron Ancestral qui nous protégeait du haut de sa falaise, d’étranges gobelins arrivaient pour envahir Siwa, suivis des poissons et des dragonnets… Je me retrouvais sur la plage du phare, des personnes m'accueillaient pour me sauver de la noyade, je ne les reconnaissais pas sur le coup mais je vis le nomade Weimor… L’eau salée de la mer me pique les yeux, je m'étouffe avec l’eau qu’il me reste dans la gorge et reprends mes esprits :
“Mais où suis-je ? Que fais-je ?”

Une vieille grand mère reprit :
“Bonjour, je me prénomme Tracis, je suis la doyenne du village, il a été envahi par ce portail que vous pouvez trouver derrière le phare, pendant une nuit, toutes ces créatures sont arrivées dans Kaslow et ont traversé le portail pour arriver ici. On raconte que c’est pendant la nuit d’Halloween, lors de la pleine lune… Il faut que vous vainquiez ces créatures Messagers ! Aidez ce village à vivre dans la sagesse et que cette île retrouve son calme pour que vous puissiez passer de bonnes vacances en compagnie de votre sprite."

BUT DE L'EVENT :

Vous devrez raconter votre combat contre ces monstres de Siwa d'Antan et comment vous avez sauvé cette île pour qu'elle retrouve son calme.

LE DÉLAI:

Vous avez jusqu'au vendredi 24 novembre 2017 pour écrire vos récits plus épiques les uns que les autres !

LES RÉCOMPENSES :

Des costumes de vos archives !

1 ère place : Un costume d'arme au choix
2 ème place : Un costume de corps au choix
3 ème place : Un costume tête au choix

Mettez vos récits à la suite de ce post ! Vous devrez minimum faire un récit de 10 lignes !

A vos marques, prêts, écrivez !


Advertisement

Zettai12

Rank 0
Inscrit le
Ven 21 Avr 2017
Messages
1
Lieu
Switzerland
Publié le10 11 2017, 10:20 am

[Event Écriture]

Histoire de ma vie '-'
Étant déterminé à passer des vacances inoubliables, j’acceptai la requête de la doyenne. Mais pour ce faire, je devais d’abord récupérer de l’équipement. Je demandai à la doyenne « Avez-vous de l’équipement en stock quelque part ? Il me faut bien de quoi me défendre... » Elle acquiesça « Oui, mais tout se trouve dans l’entrepôt de nos marchands d’armes/armures ». Un peu blasée par sa réponse, je me dis qu’il fallait que je m’infiltre dans le village. Ne pas être révélé était la clé de cette situation. Je commençai gentiment par me rouler dans de la boue pour masquer mon odeur, puis je passais par l’océan (malgré le fait que j’ai failli me noyer 10 minutes auparavant) pour remonter au niveau du port. Une fois en dessous du ponton, j’aperçus 2 Gobelins perchés sur ce même ponton. Je décide donc de les attraper par la cheville et de les assommer sur les fixations du ponton. Je me dis sur le moment que pendant qu’ils se noient et même après, ils n’auront pas besoin de leur arme. En récupérant leur arme, je vis que ce n’était qu’une vieille épée à moitié rouillée, et un maillet tordu -__-. Un peu déçue de leur équipement, je me reconcentrai sur mon objectif, récupéré de l’équipement dans les entrepôts des vendeurs. Je voyais le bâtiment où se trouvait mon salut. Je commençai à marcher lentement pour éviter de faire du bruit. Malgré ça, un gobelin se trouvait perché sur le bâtiment de l’artisan. Ma première réaction fut « Pourquoi il est monté la lui -_- ». « Maintenant que je suis repérée autant faire comme d’habitude et foncer tête baisser jusqu’à l’entrepôt » me dis-je. Appliquant mon plan, je courus et eus le temps de me mettre à l’abri dans l’entrepôt. J’ai pris une vieille épée qui traînait et je l’ai positionnée pour faire en sorte de bloquer la porte. Une fois tranquille (ou presque), je pus tranquillement chercher une armure et une arme qui me plaisent (visuellement aussi bien sûr). Je choisis donc un arc, et une armure de cuir, parfaite pour esquiver les coups et rester souple dans ses mouvements. Je vis une fenêtre je n’ai pas hésité, j’allais sortir par là. « Je saute à travers », me dis-je. Mais comme c’était un peu haut, je décidai de tous simplement tuer le ou les gobelins se trouvant devant la porte et sortis gentiment par la porte.
Une fois dehors, je remarquai le chef des gobelins, je me dis que s’il venait à disparaître, ses confrères abandonneront le combat et fuiront l’île. Leur chef avait un grand bâton, il était facile de dire que c’était un mage. M’approchant furtivement de ma cible, je décochai une première flèche au niveau de sa main tenant son bâton pour qu’il perde un peu de sa puissance magique. La flèche arrive dans un sifflement et d’un bruit lourd transperce son bras au niveau de l’épaule. Le gobelin surprit, poussa un cri qui alerta tous ses confrères.
[img]https://1drv.ms/i/s!AvfuKG88MJzArU6f5Ra6QZVUWiM-[/img]
Je n’avais plus le choix la deuxième flèche se doit d’être la dernière avant que je me retrouve au milieu d’une horde. Certes mon armure de cuir me permettait d’esquiver, mais esquiver 10 coups en même temps est assez compliqué. Je me concentre, je ne fais qu’un avec la nature. Je décoche ma deuxième flèche toujours en direction du chef des gobelins. La flèche part, mais ne fait pas de sifflement, par contre leur chef tombe raide au sol. Une marre rouge se dessine au fur et à mesure. Et je vois un trou dans son dos, je l’ai touché en plein coeur. Les autres gobelins voyant leur chef tombé au combat réagissent exactement comme je l’avais prévu, ils décampent sans se soucier du cadavre de leur chef.
[img]https://1drv.ms/i/s!AvfuKG88MJzArU-cmdWFVPkvUo5A[/img]
Je me souvins des paroles de la doyenne, les gobelins n’étaient pas le seul danger présent sur cette île. Je traversai le pont, pour rejoindre l’autre côté de l’île. En regardant le paysage, je revues mes débuts en tant que Messager des Sprites. Au moment où j’arrive devant le pont où Bill était posté en garde, je vis un Homme-Poisson d’une taille de 5 mètres de haut.
[img]https://1drv.ms/i/s!AvfuKG88MJzArVFa_dlRguWK9dnB[/img]
Je me disais que ça n’allait pas être très dur de le louper. Je commence donc à bander mon arc, et au moment où j’allais relâcher la flèche, mes sens d’archer m’indiquaient un danger venant de droite. En effet, ce qui ressemblait à un oracle était en train de réciter une formule dans sa langue. Je vis une aura bleue sortant de celui-ci, le sort allait bientôt arriver. Je n’étais pas prête à éviter un sort de 2 mètres de diamètre. Le sort arrivait droit sur moi, je n’avais pas 2 solutions, il va falloir encaisser. Cette erreur était due à l’excès de confiance qui a gagné mon esprit. Je commençais à me préparer mentalement à subir cette attaque, lorsque j’eus une idée. J’ai débloqué une compétence auparavant nommée « Appel de la Nature ». Cette compétence me permet d’invoquer un compagnon. Lorsque j’eus invoqué mon compagnon, celui-ci se prit le sort instantanément à ma place. Je me dis que la nature ne devait plus trop m’apprécier du coup… Un peu sur les nerfs, une flèche partit de mon arc, et alla se loger droit dans la tête de l’oracle. Remontée par les évènements, je décidai d’invoquer mon sprite, pour qu’il puisse m’aider dans cette histoire. Sauf que je remarque que je l’ai laissé à Kaslow ._. Dorénavant seule dans cette histoire, je n’avais plus le droit à l’erreur. Voyant que seul l’oracle m’avait vue et que les autres Hommes-Poissons n’avaient rien remarqué, je décidai de décocher une flèche sur le géant. Lorsque la flèche partit, je vis quelque chose d’anormal avec ma flèche. Elle se divisa en trois. Alors que mon arc commença à briller au même moment je me demandais ce qui était en train de se passer. Les flèches se logent dans le buste géant de l’Homme-Poisson. Celui tombe écrasant par la même occasion quelques-uns des siens. La plupart des Homme-Poisson fuient en direction de la mer. Les autres essayent de transporter le cadavre du géant.
[img]https://1drv.ms/i/s!AvfuKG88MJzArVCOhcDrWYduV933[/img]
Une fois que tous les Hommes-Poissons partirent, je me demandai si le Baron Ancestral allait bien. En montant la montagne (pas à cheval :3), des dragonnets parsemaient la route. En faisant bien attention de les achever à distance, je laissai derrière moi un champ de cadavre de petits dragons. Des flèches par-ci, des flèches par là. Tout en essayant de gaspiller le moins de flèches possible, je n’en avais pris que 250 chez les marchands.
[img]https://1drv.ms/i/s!AvfuKG88MJzArVOfZF1nIs64XIqH[/img]
Lorsque j’arrivai enfin face au Baron, je vis qu’il était corrompu, libérant sa fureur sur le haut de la montagne. Il n’y avait pas 36 solutions, il fallait le calmer. Cette situation me rappelait le début de mon aventure, lorsque j’avais déjà dû l’affronter. Mais cette fois, il utilise toute la puissance qu’il possède, ce n’est pas le même contexte. Je bande mon arc, en me concentrant, je ressens le vent qui souffle dans mes cheveux. Lorsque je me sens prête, je décoche ma flèche, le même effet se produit que sur l’Homme-Poisson géant. La flèche se multiplie en trois, mon arc se met à briller. Mais sans succès. La peau de pierre du Baron était bien trop résistante pour de simples flèches. Le Baron se tourna vers moi, et me fixa droit dans les yeux. Je voyais sa colère dans ses yeux, il n’allait pas se retenir sur moi…
[img]https://1drv.ms/i/s!AvfuKG88MJzArVKvng1nvrDZAdtT[/img]
Lorsqu’il était à portée de moi, il n’hésita pas une seule seconde, il essaya de me mettre un coup de poing. Je réussis à esquiver au dernier moment, mais son coup érafle ma jambe lorsque j’ai sauté sur le côté. Il allait enchaîner avec un deuxième coup de poing lorsqu’il vit que j’avais esquivé. Celui-là, je ne pourrais pas l’éviter. Je vais devoir encaisser du mieux que je peux. En mettant mon arc devant moi, je pensais pouvoir encaisser un peu de sa force, mais mon arc se brisa lorsque son poing entre en contact, et par la même occasion je me prends l’attaque de plein fouet. Étant mal en point, je ne pensais plus pouvoir m’en sortir. Le Baron prend de l’élan, et je vois son poing se rapprocher de plus en plus… Je vois ma fin arrivée, tous ces moments passés avec mes petits sprites, les bons comme les mauvais, se ressassent en boucle dans ma tête. Lorsque j’étais prête à faire mes adieux, le Grand-Père de Muha arriva et s’interposa entre le poing et moi avec son marteau.
[img]https://1drv.ms/i/s!AvfuKG88MJzArU3lKwvn5-d70CfP[/img]
Le temps que le Baron réalise ce qu’il vient de se passer, le Grand-Père de Muha me donna une potion de soin, un nouvel arc et des flèches en acier renforcées. Lorsque je bus la potion, je n’avais plus mal. Toutes mes douleurs furent effacées (mais mon armure était toujours déchirée :c). Je me mis à reculer pendant que le Grand-Père de Muha gardait le Baron au corps à corps. Je commençai à bander mon arc, visant calmement le Baron, en prenant mon temps. Au moment où le Baron allait blesser le Grand-Père de Muha, je décoche ma flèche. Cette flèche en acier était lourde, et donc elle était plus attirée par la gravité qu’une flèche classique. En visant le haut du corps du Baron, je touchai sa hanche gauche, ce qui permit au Grand-Père de Muha d’esquiver aisément. En prenant une deuxième flèche en acier, je respirai profondément, et la décocha instantanément sur le baron. Celle-ci se logea directement dans son torse. Le Baron ayant compris la réelle menace se tourna vers moi et ignora le Grand-Père de Muha. Le voyant se rapprocher, je commençai à stresser un peu, car j’avais testé sa puissance auparavant. Il fit une attaque rapide, comme mon attaque précédente ne me laissant pas le choix que de la subir de plein fouet. Allongé au sol, mon arc n’étant plus dans ma main, je vis le Grand-Père de Muha asséner une puissante attaque dans le dos du Baron. Celui-ci n’y survécut pas.
Une fois le combat terminé, le Grand-Père de Muha me ramena auprès de la doyenne, je ne pouvais plus tenir debout. La doyenne et tous les villageois me remercièrent pour avoir sauvé l’île. La doyenne en me voyant mal au point, demanda aux habitants de m’héberger et de me soigner en guise de remerciement.
J’avais sauvé une île, mais pas mes vacances…
Fin \o/
Cordialement,
La définition du cancer, Zettai traqueuse 80

RukiaK59000

Grand Fantasia GameSage FR
RukiaK59000
Inscrit le
Lun 13 Juin 2011
Messages
168
Lieu
Lens France
Publié le10 11 2017, 5:14 pm

Participation de [GS]Harmo

Bonjour,

Navrée d'avance pour ce long pavé Razz . En espérant que cela vous plaira !

Nous naviguons, mon Sprite, dont le prénom est Puppy, et moi-même sur l’immense et magnifique mer de Saphaël, direction l’Île de Siwa qui me rappelle tant de souvenirs. Après un long et difficile périple, nous avons décidé de nous réfugier là-bas pour les vacances et ainsi, rendre visite à notre cher Babama, chef du Village où nous avions grandi.

« Chef, j’aperçois l’île, nous ne sommes plus très loin !»

Puppy est ravi, il va pouvoir retrouver tous ses anciens camarades et leur raconter nos aventures, aussi palpitantes les unes que les autres, mais aussi nos longues pauses ici et là, assis au bord de la terrasse d’un bar, sirotant du thé pour moi et du soda pour mon fidèle compagnon. Sans oublier, nos virées de guilde, avec nos amis un peu foufou.

Plus nous nous approchons de l’îlot et plus le vent souffle. Pourquoi faut-il qu’il fasse un temps maussade lors de chacune de nos vacances ? Je soupire longuement, soudainement agacée tandis que mon compère redresse la barre.

« Arrivée imminente, Chef, pouvez-vous m’aider à accoster, s’il vous plait ? Si possible, avant que nous nous écrasions sur le sable ! »

Je m’exécute, légèrement paniquée et, quelques minutes plus tard, nous sommes sur la terre ferme. Malheureusement, notre réjouissement est de courte durée.

« Les enfants, ne restez pas là et venez vous mettre à l’abri ! S’exclame une vieille dame. »

Sans comprendre, nous la suivons, il commence à pleuvoir des cordes. Une fois à l’intérieur de la petite mais charmante demeure, nous restons à l’entrée, gênés.

« Mais installez-vous, n’ayez pas peur, je ne vais pas vous manger, dit-elle en souriant.
- Merci Madame, navrée de vous causer des soucis, dis-je en levant les mains.
- Ne dites pas ça, au contraire, ça me fait de la compagnie, vous voulez un petit thé apaisant ? Ça vous réchauffera un peu.
- Volontiers
, répond mon camarade, ce qui lui vaut un petit coup de coude dans les côtes. »

Contrairement à moi, il avait toujours été plus à l’aise pour discuter avec les gens tandis que j’étais restée timide depuis mon enfance.

« Ne soyez pas aussi réservée, ici, tout le monde se connaît et c’est convivial, renchérit la femme.
- Je… Merci beaucoup, Madame, et pour votre information, nous avons grandi ici, Puppy et moi.
- Oh mais alors… Serait-ce vous, Mademoiselle Harmonie ?
 »

Je hoche la tête en guise de réponse et je sens le rouge me monter aux joues.

« Babama nous a très longtemps parlé de vous et il s’inquiétait même de ne plus recevoir de nouvelles.
- Ah… Nous avons eu pas mal de travail ici et là, héhé…
 »

Son visage s’assombrit et elle triture ses doigts.

« Eh bien… Vous risquez d’en avoir de nouveau, débute t-elle. Des monstres sont apparus dans la nuit du 31 Octobre au 1er Novembre et impossible pour la population de se battre contre eux sans être blessé ou pire encore. »

Elle semble abattue. Sans réfléchir, je me lève et m’approche d’elle pour déposer une main sur son épaule frêle.

« Ne soyez pas aussi triste, nous allons aider ce village, ce peuple parmi lequel nous avons grandi et appris un grand nombre de choses ! Allons-y, Puppy ! 
- Mais… Et le thé ?
Interroge le petit être. »

Je lui adresse un regard noir et il me rejoint rapidement, déjà prêt à ouvrir la porte.

« Attendez ! Je m’appelle Tracis et je suis la doyenne du Village. Si vous voulez un conseil, il faudrait s’occuper en premier de ce portail qui se trouve derrière le phare car, même si vous en tuez, d’autres viendront.
- Merci pour votre accueil et ces informations importantes, Madame, et comptez sur nous !
 »

Nous sortons et la pluie nous trempe rapidement. Mais pas le temps de faire des chichi, nous avons une population entière à sauver !

« Puppy, as-tu une idée de comment s’y prendre ? Te sens-tu capable de trouver une incantation assez puissante pour refermer le portail ?
- Oui Chef, je m’occupe du portail, pendant ce temps, je vous laisse vous charger des monstres ainsi que de leurs boss.
- Ça marche, ce sera rapide, bonne chance, cher compagnon !
 »

Il me fait un signe de la main avant de partir vers la droite, en direction du phare. De mon côté, je prends le chemin du Village, il est infesté de Gobelins.

« Vous allez rejoindre le cimetière du Marais Noir, bande de vauriens ! »

Je dégaine mon épée et mon bouclier, les deux armes que j’utilise le plus. Les monstres hurlent et se dirigent vers moi, leur bâton brandis vers le ciel, comme pour invoquer quelque chose. J’aperçois difficilement leur supérieur, au loin, qui ricane.

Tout se passe comme au ralenti, je m’élance également vers eux et la lame de mon épée s’enfonce dans leur peau verte et flasque, ce qui a même pour effet de me donner la nausée. Mais rien ne me fait peur, je continue d’avancer et de les trancher, j’entends les corps tomber au sol dans un grand fracas et leur dernier souffle s’échappe lentement avant que leur enveloppe charnel ne s’évapore, comme par magie.

Certains sont plus coriaces, je pare les coups comme je peux, avec autant d’agilité dont je peux faire preuve tandis que les miens sont fluides et rapides, de plus en plus. Avec toutes ces années d’entraînement, de combats à enchaîner à chaque ville découverte, cela ne pouvait que jouer en ma faveur.

Une autre vague arrive, ce sont des magiciens. Ils sont en train de psalmodier dans leur langue maternelle. Leurs incantations me font plus mal que des coups au corps-à-corps mais je tiens le coup et enchaîne toujours avec ardeur et détermination.

Les corps tombent après une vingtaine de minutes et je plante mon épée dans le sol pour m’appuyer dessus. J’ai le souffle court mais ils sont tous morts, leur corps ont déjà disparus. Ma vision se trouble et je me sens défaillir mais des bras puissants s’enroulent autour de moi.

« Harmonie ! Tiens bon ! Pour leur Chef, je vais te donner un coup de main, n’espère pas t’attirer toute la gloire. »

Je reconnais cette voix, celle de mon rival, que l’on avait surnommé Conflit* car il était toujours au cœur des plus grandes bagarres enfantines.

« Qui aurait cru que tu viendrais à ma rescousse ? »

Je ricane, notre relation avait toujours été comme chien et chat, toujours à se tirer dans les pattes à la moindre occasion sans pour autant se détester.

« Ce serait dommage de perdre notre rayon de soleil. »

Il m’offre un clin d’œil et, rageuse, je me reprends, repoussant au passage son étreinte.

« T’es bête, me faire des compliments dans un moment pareil. »

Je ne peux cacher mon embarras tant la chaleur parcourt mon corps. Mes forces sont revenues et je marche, d’un pas décidé, vers la sorte de Shaman, Chef des Gobelins visiblement, qui a l’air moins rassuré que tout à l’heure, à l’instant où ses sbires étaient encore vivants.

Armé de son bâton, il murmure des phrases incompréhensibles et je devine que ses attaques ne vont pas tarder à m’atteindre. Je sens un gros courant d’air frais et je sais à ce moment-là que Conflit s’est élancé sur cet affreux démon. Il a dégainé sa hache et lui assène de violents coups sur le corps. Ne voulant pas le laisser remporter la victoire, je l’imite et traverse rapidement ces mètres qui nous séparent les uns des autres et je le corrige à ma façon, acharnée.

Après une lutte d’une dizaine de minutes, le Chef est mis hors d’état de nuire et son âme se dissout également dans l’air. Alors que je crois cette mission terminée, j’aperçois d’autres monstres, au loin, des Hommes Poissons ?

« Est-ce réellement des monstres ou les habitants ont-ils été transformés en ces choses immondes ?
- Non, les habitants sont sains et saufs, ne t’inquiète pas, ce sont de véritables créatures maléfiques.
- Bien, dans ce cas, aucune pitié.
 »

Il m’offre un de ses plus beaux sourires et prend déjà la fuite vers ces vermines. Je le rattrape et, ensembles, nous enchaînons les ennemis avec rapidité, la fureur nous anime et nous n’avons qu’une idée en tête, sauver le Village.

Soudain, comme si l’instinct m’avait appelée, je m’élance auprès de mon désormais « coéquipier » et le protège avec mon bouclier d’une attaque lancée en traître, dans son dos, avant de tuer ces affreuses bestioles.

« Eh bien, qui aurait cru que tu me sauverais la vie.
- Ai-je déjà entendu cette phrase quelque part ? 
»

Je me tourne vers lui et lui souris. Nos regards sont plongés l’un dans l’autre mais ce moment est vite interrompu par un cri effroyable. Un homme-poisson géant s’approche à grands pas et je pare sa première attaque.

« Finissons-en, la pluie n’est pas vraiment ce que je préfère... »

Je vois mon partenaire mettre des buff et je l’imite, après tout, nous sommes gladiateur et vindicateur, faisons-nous la paire ? D’un œil entendu, nous crions, comme avant un bon match de rugby, et nous nous élançons à nouveau vers cet être abject, les armes brandies et nous ne faisons qu’une bouchée de celui-ci.

Épuisés, nous prenons appuie sur nos armes, plantées dans le sol. Nos armures étaient endommagées mais nous pouvions être fiers d’avoir sauvé ce Village.

«  Cheeeeeef ! S’écrie mon petit compagnon.
- Puppy ! Tu vas bien ? Tu as réussi à détruire le portail ?
- Mission accomplie, Chef. Mais vous êtes dans un état pitoyable, dis donc…
- J’allais lui dire la même chose,
dit Conflit. »

Je le toise méchamment avant d’éclater de rire et de me jeter sur lui. En peu de temps qu’il en faut pour le dire, il m’avait prise dans ses bras.

« On dirait que tu risques de passer quelques jours de vacances à l’hôpital mais… Bon retour à la maison, Harmonie... »

*Conflit = antonyme de l'harmonie, ce n'est en aucun cas un joueur qui aurait ce pseudonyme*

Voilà pour mon histoire ! En tant que sentimentale, je devais mettre un peu de romance, pardonnez-moi Sad .

A bientôt o/ !

cassisetreita

Rank 0
cassisetreita
Inscrit le
Lun 21 Oct 2013
Messages
3
Lieu
France
Publié le24 11 2017, 12:54 am
« Qu'est ce qu'il se passe ici ? Pourquoi n'y a-t-il personne ? Mais où sont-ils donc tous passés ? Peter, vient, nous devons voir ce qu'il se passe. »
Elle se souvint des paroles de Tracis et soupira. Ses vacances commençaient mal, mais elle avait promis à cette vieille femme de sauver Siwa. Elle ne pouvait faillir à sa requête.
Son sprite sortit de sa cabane, ce mini Batman était plein de courage (ouais ok, Batman il s'appelle Bruce mais j'ai ce sprite depuis 5ans et y a pas encore la possibilité de lui changer son nom >.>). Ils avancèrent doucement et tombèrent sur des gobelins derrière le phare. À l'attaque ! Elle rusha avec rapidité les monstres parée de son solide bouclier, de son empereur déchu et de son armure résistance face à la noirceur des bestiaux. Elle fonça sans réfléchir sur Furuguru, l’assénant de coups plus violents les uns que les autres, évitant les siens avec justesse, s'en prenant quelques uns par les monstres environnants. Elle se battait avec hargne et témérité, sans faiblir, sans rougir et sans renoncer. Elle détourna légèrement le regard et vit Peter, son fidèle compagnon, en détresse. Elle courra vers lui, jamais personne ne devait avoir l'audace de toucher à son ami, son petit protégé. Elle trancha la tête du gobelin brigand sans aucune hésitation, le regard rempli de haine et de mépris. La brise caressa son visage en amenant avec elle l'odeur d'un sang impure qu'elle devait combattre. Elle ferma les yeux un léger instant, les rouvrant pour donner le coup de grâce à ce boss gobelin devant la maison du colonel. Il tomba alors que les autres gobelins commençaient à fuir le champ de bataille. Elle hurla à Peter qu'il fallait les arrêter et les poursuivit armée de sa Siropas. Elle les décima tous, sans aucune exception.
Elle sourit en prenant Peter dans ses bras, lui donnant un léger coup de tête amical et tendre, comme à un chat. Elle le remercia de son courage et lui permit de se reposer. Ferri prendrait sa place. Il était moins fort et beaucoup plus peureux, mais il aimait taper sur les gélapins. Ils partirent donc nettoyer Siwa de bêtes d'Antan qui ne méritaient pas de vivre une seule seconde. Pas très vegan tout ça.
Elle renifla une odeur infecte de poisson, voilà la nouvelle partie de sa quête, tuer l'homme-poisson Dopé. Ce fut au tour d'Uta de se montrer sur le front. Ferri avait beaucoup trop peur pour continuer le combat. Il préférait rester cacher. Uta, lui, n'avait peur que d'une chose : ne pas avoir à manger trois fois par jour, il raffolait des cookies et des sodas. Il regarda les poissons au loin, avec le plus grand des sourires sadiques, tel un joker, le Joker de Siwa d'Antan. Il courut en hurlant dans le tas de poiscaille immonde, armé d'une épée Siropas à moitié cassée, tapant dans ce qui ressemblait à de la nourriture. Elle le rejoignit, désespérée de son comportement glouton et le protégea des coups nombreux qui tendaient de pleuvoir sur sa petite tête. Il mordit un des poissons, arracha un bout de viande et l'avala tout rond, fier de lui. Il s’étouffa avec une arête, recracha et recommença à manger. Elle soupira en riant, quel étrange petit sprite il était, drôle, mais complètement fou. Elle continua à se battre alors qu'il se remplissait le ventre. Il ne vit pas le coup porté par un rascasse en traître. Il s'écroula au sol.
« UTA NON ! »
Elle courut à son secours, poignarda le monstre dans le cœur. Uta saignait, on pouvait encore apercevoir de la chair entre ses dents. Elle caressa son visage en lui suppliant de s'accrocher, le mettant dans sa cabane. Peter prit sa place, par chance, il n'était pas aussi intrépide. Ils repartirent au combat, la peine au cœur, mais la rage de venger leur ami. Ils arrivèrent devant le boss. Elle était épuisée, blessée, mais debout. Il se jeta sur elle sans ménagement, elle se protégea grâce à la résistance des oriflammes qui ne l'avait jamais trahi. Il recula en grognant face à son coup de bouclier lourd. Elle se laissa glisser entre ses jambes, le blessant sur le mollet droit, profitant de sa chute pour lui poignarder le bas du dos, se releva avec une rapidité déconcertante, activa ses ailes de vivacité, et frappa d'un coup net grâce à son attaque désarmante. Il ne put rien faire de plus que pousser un horrible cri annonciateur de sa mort. Il s'écroula à son tour, aux côtés des autres poissons. Peter était épuisé, elle se résigna à le laisser rentrer dans sa cabane. Au loin, le soleil était en train de disparaître derrière la colline, bientôt il ferait nuit.
Elle entreprit son ascension vers le sommet. Elle tomba nez à nez avec les dragons. Elle n'avait donc aucune minute de répit sur cette île ! Elle n'en pouvait plus. Ils étaient trop nombreux face à elle qui était seule, la fatigue se faisait sentir, et puis elle était blessée et n'avait même pas eu le temps de se soigner. Elle se battit avec le reste de force qu'il y avait encore en elle, perdant peu à peu l'espoir de les vaincre. Un d'eux la mordit par derrière, elle lui coupa la tête d'un coup d'épée pour lui passer l'envie de poser ses dents impures sur son cou vindicateur.
La tombée de la nuit ne lui laissa aucun espoir. Elle allait mourir, seule, sur ce sable collant par le sang, le sien, et celui des monstres qu'elle avait tué. Sans cette lumière, elle ne voyait rien, et si elle ne voyait rien, elle était devenue une proie facile.
Elle se cacha derrière un buisson pour reprendre des forces et boire quelques potions de vie et de mana. Elle reprit son souffle et déchira un morceau de tissu pour bander ses blessures. Elle sortit ses sprites pour les soigner eux aussi.
« Tenez, buvez ça. Tout ira mieux après. Je suis désolée pour tout ce que je vous fais endurer. Mais vous devez être forts et courageux. Nous touchons au but. Regardez là-haut mes amis, le baron d'Antan marche sur le sommet de la montagne. Il nous observe et nous guette. Mais nous allons l'abattre. Ayez confiance en moi. »
Ils retournèrent se reposer dans leur cabane. Elle comprit que même si l'obscurité serait un handicap, elle serait également sa force. Elle pourrait les prendre par surprise. Elle se releva et décida de laisser ses sprites dormir. Elle serait définitivement seule pour sauver Siwa. Elle tituba légèrement, s'appuya à un arbre en gémissant. Sa blessure à la jambe tiraillait douloureusement. Elle utilisa lumière curative, récupéra son empereur déchu et reprit le combat. Elle frappa sans relâche, tuant tout ce qui bougeait sur son passage. Plus aucun dragon ne pouvait l'arrêter. Un coup à droite, un coup mortel à gauche. Sursaut magique. Fracture céleste. Coup de bouclier lourd. Bourrasque violente. Derrière elle, traînait une lignée de cadavres ailés. Elle grimpa vers le sommet de Siwa, là-bas serait la fin de sa quête. Elle touchait au but, elle sauverait cette île et elle pourrait enfin montrer qu'elle n'était pas nulle. Elle ne devait pas échouer. La mort n'était pas envisageable.
Elle arriva enfin face au baron d'Antan, le fixa avec fureur. La nuit est longue avant l'aube, mais même dans le noir le plus total, elle se battrait jusqu'à ce que les flammes des enfers aspirent l'âme d'un d'entre eux.
« C'est donc toi qui cause tous ses soucis à Siwa. Je suis ici pour te vaincre et je ne te laisserai pas vivre. Fais tes prières homme de pierre, tu ne verras pas la lumière du soleil. »
Ailes de vivacité, changement d'épée. Elle s'arma de l'épée sacrée de l'Espoir pour se donner la force nécessaire. Elle frappa le premier coup et le blessa sur le flanc droit. Elle frappa à nouveau, lui ouvrant une cuisse. Il lui donna un coup féroce qui la fit reculer. Elle utilisa ses cinq points de charge pour activer la défense parfaite. Il ne l'aurait pas si facilement. Elle para une de ses frappes grâce au royaume divin éternel, repassa en épée deux mains qui proqua instantanément, lança son énergie sacrée concentrée et acheva le baron infernal par une attaque de Vérité. Il tomba à genoux puis s'affala sur le sol, inerte, le regard vide. Ça y est, elle l'avait fait. Elle avait sauvé Siwa. Elle tomba au sol, pleurant à chaudes larmes. Elle regarda la lune au loin.
« Je te l'avais dit, j'avais la force de le faire. Merci, merci d'avoir éclairé la lune de ta jaune lumière, tu m'as été d'une grande aide. Merci à vous toutes de m'avoir protégé et de m'avoir guidé. Et merci à tous mes réfractaires, c'est grâce à vous si j'en suis là. Je n'aurais jamais eu la haine de vaincre sans vos commentaires ni vos moqueries. Je vous avez promis qu'un jour, je pourrais sauver le monde. Et même si je suis seule face à l'obscurité et au sang séché, je suis seule mais debout. « Pourquoi tombons-nous Bruce ? Pour mieux apprendre à nous relever. » Même si je suis tombée des dizaines de fois, je me suis toujours relever. Je suis Okai la vindicateur, peut-être faible, mais persévérante. C'est par la volonté que nous construisons le courage.»
Elle se coucha au sommet, là où le baron avait prit son trône. Elle regarda les étoiles, sans un mot.

Les habitants revinrent dans un silence total. Le soleil s'était levé et ils pouvaient apercevoir les charognes qui jonchaient le sol. Un véritable carnage. Ils hurlèrent de joie. Leur petite île était sauvée ! Ils pourraient vivre en paix, comme avant, dans la joie et l’allégresse, insouciants comme la veille de Halloween. Ils cherchèrent leur sauveur, sans jamais le retrouver. Elle était partie, sans un mot, sans un bruit, sans vouloir aucun remerciement. Elle fila pour de nouveaux combats, ou plutôt pour passer des vacances sans aucun monstre pour perturber son séjour.

rizasam2

Rank 0
rizasam2
Inscrit le
Sam 7 Avr 2012
Messages
76
Lieu
Au pays des Magicarpes France
Publié le25 11 2017, 12:56 am
Bonjour Bonsoir!

Voici ma participation:



Le Temps d'un combat



L'eau froide la réveilla brutalement. Elle sentait le liquide glacé lui piquer la peau, lui geler les mains et lui paralyser les jambes. Elle s'étouffait avec l'eau salée qui venait lui brûler la gorge et lui arracher les poumons. Elle battait désespérément des bras pour tenter de maintenir sa tête à l'air libre, mais la houle réduisit tous ses efforts à néant. Une vague la submergea, la poussa vers l'abîme, l'entraînant vers le sombre royaume des profondeurs. Elle jeta un dernier regard à la surface qui s'éloignait peu à peu et ferma les yeux.

Alors qu'elle pensait sombrer dans le long sommeil, elle sentit deux bras l'enserrer et la remonter vers la surface.




- Maggy ! Maggy, réveille-toi !

De vigoureuses claques la tirèrent de sa léthargie. Maggy ouvrit les yeux et repoussa son ami qui était penché sur elle.

- Laisse-moi, Thomas. Je suis épuisée.

Le jeune homme poussa un soupir de soulagement et s'écroula à ses côtés, lui aussi à bout de force. Lorsqu'il disparut de son champ de vision, Maggy s'aperçut qu'ils n'étaient pas seuls. Regroupés en petit cercle autour des deux Messagers, une dizaine de personnes les fixaient avec des yeux ronds et chuchotaient à voix basse. Trop fatiguée pour faire la moindre remarque, la brune attendit patiemment que l'un d'eux se décident de dire quelque chose, ce qui ne tarda pas d'arriver.

- Vous allez bien ?

Maggy referma les yeux et se retint de faire remarquer à vieille femme qui avait posé la question qu'on pouvait difficilement « aller bien » après avoir échappé de peu à la noyade. Elle se contenta de hocher la tête, geste qui fut accueilli avec enthousiasme par le groupe d'inconnus.

Qui étaient-ils ? Et surtout, qu'est-ce qu'ils faisaient ici, Thomas et elle, sur cette plage perdue au milieu d'elle ne savait où ?!

La dernière chose dont elle se souvenait, c'était le visage souriant de Weimor, un nomade qu'ils avaient rencontré à Kaslow qui leur avait parlé d'une île paradisiaque avant de leur proposer d'y passer des vacances inoubliables, et ceux, pour une somme complètement dérisoire. Il les avait invité à toucher son étrange compas, puis plus rien, c'était le vide total.

La jeune femme grimaça et se tourna légèrement vers son ami.

- Si je retrouve ce Weimor, je le crame à coups de boules de feu...

- Eh bien, je suis là si c'est ce que vous désirez réellement.

Maggy sursauta et manqua de s'étrangler avec le peu d'eau salée qui était resté dans sa gorge. Le nomade s'était glissé parmi la foule et affichait le même sourire ironique sur les lèvres. La Messagère se redressa péniblement et donna un vague coup de pied sur le tibia de son interlocuteur avant de se recoucher contre Thomas qui était toujours allongé face à moitié enfouie dans le sable. La vieille femme qui avait pris la parole asséna à son tour un coup de canne à Weimor avant de le sermonner.

- Tu n'as pas honte ! Ces deux jeunes gens sont là pour nous aider, tu devrais les traiter avec un peu plus de respect et de gratitude.

Elle se tourna ensuite vers un petit garçon parmi les curieux et lui demanda d'aller chercher des couvertures et quelques potions.

- Pardonnez ce jeune effronté de Weimor. Je me présente, je me prénomme Tracis et je suis la doyenne du village.

Elle s'interrompit un instant, le petit garçon nommé Ludaumann était revenu les bras chargé de couvertures. Il les posa sur les épaules des Messagers qui s'étaient entre temps assis et leur donna chacun une petite fiole de potion rouge. Une fois cela fait, il partit se cacher dernière les jambes d'une femme qui devait être sa mère.

Tracis s'éclaircit la gorge et reprit :

- Nous avons besoin de votre aide Messagers. Siwa a été envahi par les gobelins, et si nous n'arrivons pas à les chasser, il ne restera bientôt plus grand chose de cette île... Je vous en conjure aidez-nous.

- Attendez une seconde.


Maggy lança un regard incrédule à la vieille femme.

- Ce n'est pas possible, nous ne pouvons pas être à Siwa. Ludaumann est un vieux croulant et il cumule les titres de doyen et chef du village ! Ce n'est pas un gosse, pas comme lui.

Tracis secoua la tête et se tourna vers Weimor.

- Tu ne leur à pas expliquer... Weimor, qu'est-ce que je t'avais dit sur les paradoxes...

- Ce n'est pas de ma faute ! Si je leur avait dit la vérité, ils ne seraient sûrement pas venus.

- Espèce de petit abruti !


La Messagère fut ébahie de voir avec quelle dextérité la doyenne faisait tournoyer sa canne pour la balancer contre les côtes du nomade. Ce dernier massa sa peau devenue douloureuse tout en faisant une moue boudeuse à son agresseuse qui avait reprit la parole.

- Pour faire simple, vous avez voyagé dans le passé. Vous vous trouvez actuellement dans une version antérieure du Siwa que vous connaissez. Et je précise que les événements qui ont lieu ici affectent votre présent. C'est pourquoi il est vital, aussi bien pour vous que pour nous que vous nous aidiez à sauver cette île. Je vous en conjure, jeunes Messagers, acceptez-notre requête.

Maggy et Thomas se regardèrent mutuellement. Présenté ainsi, il était impossible de refuser ce que Tracis leur demandait. Leur présent était lui même menacé, ils devaient agir avant qu'il ne soit trop tard.

- C'est d'accord, expliquez-nous la situation.




L'heure et demi qui suivit fut consacrée à une mise au point de la situation et à la préparation d'un plan d'attaque. Les gobelins, menés par leur chef Fuguru, avaient ouvert un portail dimensionnel le soir d'Halloween et avaient attaqué le village alors que les habitants dormaient à poing fermé. Si la plupart des villageois avaient survécus, une grande partie des apprentis Messagers qui étaient arrivés en renfort avaient été décimés, submergés par l'ennemi beaucoup plus fort et plus nombreux qu'eux. Cela faisait maintenant près d'une semaine que les monstres avaient élus domiciles au milieu des chaumières, chassant les humains sur la plage ouest de l'île.

Lorsque les hommes voulurent demander de l'aide au Baron, le grand golem protecteur de Siwa, ils furent stoppés par les homme-poissons et les dragonnets devenus extrêmement agressifs, victimes de la magie du chef des gobelins. Un petit groupe avait néanmoins réussi à se glisser derrière les lignes de monstres qui patrouillaient désormais tout autour de la colline, mais il avait fait une triste découverte : le Baron avait été figé par Fuguru et était désormais impuissant face à la menace.

Il avait été donc décider de mener une grande opération offensive pour reprendre le village des mains des gobelins : les apprentis Messagers qui pouvaient encore se battre ainsi que les hommes formés par le grand-père du Muha, dont Maggy avait déjà oublié le nom, allaient s'occuper de ces ignobles humanoïdes verts tandis que Thomas et Maggy défieraient leur chef.

C'est avec ce plan en tête que les deux amis se faufilèrent à l'intérieur du village pendant que l'autre groupe créaient une diversion devant la route qui menait au phare. Les rues du petit hameau était presque déserte, la plupart des monstres avaient accouru lorsque les apprentis Messagers avaient lancé leur cri de guerre pour les attirer. Maggy suivait maintenant prudemment Thomas qui lui ouvrait la voie en tuant les derniers gobelins encore restés sur place. La hache du gladiateur décrivaient de belles courbes meurtrières qui teintaient d'écarlate les murs des chaumières.

Ils finirent par atteindre l'endroit où était sensé se tenir Fuguru : la maison du futur Colonel Muha. Le chef des envahisseurs était en pleine conciliabule avec une dizaine de ses congénères, il ignorait visiblement tout du massacre qui se déroulait actuellement à l'entrée du village. Thomas se tourna vers son amie, attendant son feu vert pour lancer l'offensive. La jeune femme prit une grande inspiration, imitée par son Sprite gardien Toshi, et lui fit signe qu'elle était prête.

Levant son bâton devant elle, elle commença à psalmodier. Une boule de feu de taille moyenne prenait peu à peu forme devant elle, et lorsqu'elle jugea que son sort avait atteint une taille raisonnable, elle lança son attaque droit vers le groupe de gobelins. Le sort fonça à toute allure vers les ennemis, avant de ricocher sans même les toucher, révélant une barrière magique érigée par leur chef.

Alertés par le choc de la boule de feu sur leur protection magique, les gobelins stoppèrent leur conversation et chargèrent les Messagers.

- Zut ! Ils sont trop nombreux ! Maggy, occupe-toi de la barrière rapidement, je vais les retenir en attendant.

La Messagère acquiesça et mobilisa tout son mana disponible pour briser la barrière de Fuguru. Bien qu'elle soit aidée par son Sprite, elle fut frapper de stupeur en découvrant à quel point le gobelin mage était puissant : sa protection était presque sans faille et d'une solidité considérable, chose étonnante pour un gobelin. Elle fronça les sourcils et se remit à la tâche, récitant les formules d'annulation de magie qu'on lui avait apprises à l'académie de magie.

Pendant ce temps, Thomas se démenait au milieu d'une mêlée sauvage. Sa hache fendait l'air, virevoltait dans tous les sens, plus pour le protéger que pour attaquer. Les ennemis étaient bien trop nombreux, leurs attaques le harcelaient sans relâche, prêts à exploiter la moindre faille dans sa défense pour lui porter un coup fatal. Il n'avait pas le temps de penser, il devait esquiver et parer les coups à chaque seconde, secondes précieuses pour son amie qui s'évertuait à briser la barrière magique.

Un des gobelins qu'il avait fait valser quelques instants auparavant le prit par surprise, sautant sur son dos et le mordant à la nuque, juste au dessus de sa côte de mailles. Le gladiateur frappa le sol de sa hache pour déstabiliser ses adversaires et profita de ce bref instant de répit pour lâcher son arme et se débarrasser de son passage clandestin. Il l'attrapa par le bras avec une poigne de fer et l'obligea à lâcher prise, non sans une grimace de douleur lorsque les dents du monstre quittèrent sa chair meurtrie. Il l'envoya ensuite sur un de ses camarades qui revenait à la charge armé d'un ridicule petit maillet.

- Recule Thomas !


Il eut juste le temps de faire un bon en arrière pour esquiver une boule d'énergie magique que Fuguru venait de lui lancer. A l'endroit de l'impact, le sol mi-sablonneux mi-terreux avait pris feu. Il déglutit, frissonnant d'effroi en imaginant l'état dans lequel il se serait retrouvé si la jeune femme ne l'avait pas prévenu. Il resserra sa poigne autour du manche de sa hache, prêt à accueillir les gobelins qui s'étaient de nouveau rassembler.

De son côté, Maggy se reconcentra sur sa tâche, soulagée que son ami ait pu esquiver l'attaque du sorcier gobelin. Lorsque le sort avait traversé la barrière, cette dernière c'était retrouvée affaiblie, elle n'était désormais plus consolidé par la volonté de son créateur qui avait décidé de prendre part au combat et bombardait maintenant le Messager d'attaques magiques. Thomas les esquivait tant bien que mal pour le moment, mais la fatigue commençait à se ressentir dans ses mouvements. Elle devait briser cette protection dans les secondes qui suivaient, sinon son ami finirait en gladiateur cramé.

- Toshi, prête moi ta force, la barrière est sur le point de céder !

Le Sprite acquiesça et joignit ses efforts à ceux de sa maîtresse. La barrière vacilla une seconde, puis se brisa en un millier d'éclats.

- C'est bon, la barrière est brisée !

Le gladiateur ne la fit pas répéter deux fois. La seconde suivante, il lança sa charge et bondit sur le chef des gobelins, sa hache armée haut dans les airs, prête à fendre la chair de l'ennemi. Alors que son arme s'apprêtait à le trancher de part en part, Fuguru esquissa un large sourire. Il leva une main devant le Messager et poussa un cri sauvage. Thomas fut instantanément stoppé dans sa course. Incapable de faire le moindre mouvement, il lévitait maintenant au dessus du sol et ne pouvait rien faire pour briser le sort du gobelin.

Maggy leva à son tour son arme pour libérer son ami du sortilège, mais avant qu'elle ne puisse faire quoi que ce soit, Fuguru projeta le gladiateur contre un mur, à quelques mètres d'elle. Abandonnant son incantation, elle courut aussi vite qu'elle put vers le jeune homme qui gisait sur le sol, sonné. Sa tête tâchée de son propre sang penchait sur le côté, son regard était ailleurs, comme s'il ne la voyait pas.

- Thomas ! Reprends-toi ! Aller debout !

- Attention Maggy !


Avertie par le cri de son Sprite, elle eut juste le temps de créer une mince barrière magique autour d'elle et de son ami. Le sort de Fuguru la brisa sans aucun problème et la frappa en plein dans le flanc gauche. La jeune archimage voulut relancer son sort, mais le chef gobelin annula sa magie d'un simple tour de main et psalmodia pour réitérer son attaque. Ne pouvant pas laisser Thomas, Maggy le serra contre lui, prête à encaisser pour le protéger.

Alors qu'elle s'attendait à recevoir à nouveau une attaque de plein fouet, le gobelin se stoppa dans son incantation et poussa un cri de douleur. La Messagère releva la tête et eut toujours juste le temps d'apercevoir la silhouette d'une fillette danser autour du mage, une épée dans chaque main. Elle se déplaçait avec grâce et agilité, esquivant sans problème les coups brouillon de son ennemi, zébrant sa chair de dizaine et dizaine de coupure.

La jeune inconnue finit par reculer, laissant son adversaire sanguinolent dans un sale état. Il eut à peine le temps de se redresser d'une flèche le transperça au bras, suivie d'une deuxième à son épaule. Bientôt, une pluie de traits s'abattit sur lui. Fuguru tenta en vain de se protéger avec une barrière magique, mais les flèches le harcelèrent encore et encore, brisant sa protection à chaque fois qu'il la formait.

- C'est vous Ma... Maggy et Thomas ?

La fillette qui les avait sauvée s'était approchée d'eux et tendait une potion à la Messagère, une mine soucieuse sur le visage. Maggy acquiesça avant de se saisir de la fiole et d'en faire boire le contenu à son ami qui ne semblait pas encore avoir repris ses esprits.

- Kane est en train de créer une diversion, il tient le méchant occupé pour le moment, mais nous avons besoin de vous pour le vaincre.


L'archimage jeta un coup d'oeil à Thomas. Il semblait aller mieux, son regard ne papillonnait plus dans le vide. Elle l'aida à se relever et lui tendit sa hache qu'il saisit en hochant la tête avec un sourire.

- Bien, finissions-en !


Maggy reporta son attention sur Fuguru. Le gobelin mage semblait avoir trouvé un moyen de contrer les attaques de l'archer qui le mitraillait de traits, et se préparait maintenant à répliquer. Sans lui laisser le temps de finir son incantation, la Messagère le gela avec un sort de glace. Au même instant, Thomas fondit sur lui et acheva son travail : la hache du gladiateur décrivit une courbe spectaculaire dans les airs avant de trancher le cou du gobelin, faisant voler sa tête plus loin.

C'était terminé, Fuguru était mort.

Maggy s'assit à même le sol, épuisée par ce combat. Elle fut vite rejointe par son ami qui déposa distraitement sa hache non loin avant s'affaler près d'elle. Devant eux, les rares gobelins survivants courraient dans tous les sens, désorientés sans leur chef.

- Eh bien, c'était plus facile que prévu, on a sauvé Siwa.

La jeune femme se tourna vers le gladiateur. Ces yeux azurs brillaient de leur habituelle malice, un léger sourire moqueur illuminait son visage.

- Facile ? Tu t'es vu ? Tu fais peur à voir.

- Mais non ! Juste une petite égratignure, ce n'est rien du tout !


Elle roula les yeux, mi-agacée mi-amusée par la nonchalance de son ami. Elle lui asséna un très léger coup de poing au niveau de ses côtes. Lorsque sa main rencontra l'armure que les coups de maillets des envahisseurs verts avait enfoncée, il ne put retenir une grimace.

- Abruti ! Qu'est ce qu'il faut pas entendre parfois.


Elle se mit à rire, imité par le jeune homme.

- Au fait, qui sont les deux gosses qui nous ont aidé? Je ne les avais pas vu tout à l'heure.

Maggy haussa des épaules et secoua la tête. Les deux intéressés les rejoignirent et se présentèrent brièvement.

- Nous sommes Kane et Aelan, nous avons été emmené ici par Weimor, il nous a dit que vous aviez besoin de notre aide !

La Messagère fronça les sourcils. Comment avait-il pu savoir ? Elle renonça bien vite à chercher une réponse à sa question, cette histoire de voyage dans le temps était déjà bien assez compliquée pour elle.

La fillette nommée Aelan la fixait avec une telle intensité que ça en devenait... gênant. Avait-elle quelque chose sur la figure ? Elle s'apprêtait à lui faire la réflexion quand Kane reprit la parole.

- Nous devons maintenant libérer le Baron. Sans lui, il sera impossible de fermer le portail.


Thomas se leva d'un bon, comme si l'éprouvant combat qu'ils venaient de livrer n'avait pas eu lieu, et tendit une main à son amie pour l'aider à se relever.

- Oui ! Allons-y, j'aimerai bien profiter de ces fameuses « vacances » que Weimor nous a promis !


Maggy leva les yeux au ciel et accepta la main de son ami.

- Je te jure, je vais lui cramer les fesses quand tout cela sera terminé.




Le petit groupe se dirigea vers le sommet de la colline, l'endroit où était censé se trouver le Baron. Le sort de Fuguru maintenant dissipé, les dragonnets les laissaient passer sans opposer la moindre résistance. Certains d'eux venaient même leur quémander des caresses et frétillaient des ailes joyeusement lorsque la main de la petite Aelan glissait le long de leurs écailles. Après un quart d'heure de marche, ils arrivèrent finalement devant le protecteur de l'île.

Le golem de pierre se tenait au milieu d'un large cercle magique, une main tendue vers la pente de la colline, en direction du phare.

- C'est bizarre, le méchant est mort, pourquoi le géant est encore figé ?

Aelan avait levé les yeux vers Maggy et attendait visiblement une réponse. La Messagère se mordit la lèvre, incapable de répondre à la fillette qui la dévisageait avec... admiration ?

- Je ne sais pas. Je vais briser le cercle magique, reculez un peu.

Tous mis à part l'archimage reculèrent de quelques pas, la laissant seule devant le géant de pierre. A l'aide de son énergie spirituelle, elle brisa sans mal le cercle magique, libérant le golem de sa prison enchantée. Mais quelque chose n'allait pas. L'énergie dégagée par le cercle avant de disparaître était étrange, elle n'avait rien à voir avec celle de Fuguru.

Enfin libre de ses mouvements, le Baron remercia silencieusement les humains d'une révérence, et avant qu'ils ne puissent lui répondre quoi que ce soit, il les attrapa d'une main et les posa sur ses épaules. Une fois installés, il dévala la montagne à toute allure, pour le plus grand plaisir d'Aelan et Kane qui riaient aux éclats à chaque fois que le géant sautait par dessus un obstacle, et pour le plus grand malheur des Messagers qui étaient complètement nauséeux et qui s'agrippaient du mieux qu'ils pouvaient à ce moyen de transport pour le moins atypique.

En à peine de temps qu'il fallait pour le dire, le Baron, monté par les quatre petits humains, était arrivé à la plage ouest de l'île. Il déposa ses passagers sur le sable chaud et se dirigea vers le phare, sous les regards médusés des villageois et des apprentis Messagers qui étaient en train de soigner les blessés de la bataille pour reprendre le village.

A son approche, le portail dimensionnel qui avait permis aux gobelins de pénétrer dans l'île s'élargit, laissant apparaître en son centre un immense monstre aussi grand que le golem. Maggy retint un hoquet de surprise. L'énergie maléfique qui se dégageait de cet être était identique à celle qui avait scellé le Baron en haut de la colline. Elle se retourna vers les villageois.

- Fuyez ! Vite ! Il ne faut pas rester là, c'est dangereux !

Le monstre sortit de la brèche et posa une patte sur la terre ferme. Un cri de peur général se dégagea de la foule amassée sur la plage. Tous se levèrent et s'enfuirent vers le village pour se mettre à l'abri du sphinx géant qui s'approchait peu à peu d'eux. Ce dernier poussa un rugissement effroyable et s'élança vers les fuyards, avant d'être stoppé par le Baron.

Un combat dantesque commença.

Le Baron assénait de puissants coups de poing à son adversaire qui répliquait avec ses griffes et ses crocs acérés. Chacune de leurs attaques produisait un son puissant qui aurait pu être entendu de l'autre coté de l'île. Autour d'eux, le sable s'envolait à chacun de leur coup, soulevé par les ondes de choc qui traversaient la plage. Aucun des deux combattants ne semblait prendre l'avantage sur l'autre, leur force physique semblait égale en tout point.

Le monstre frappa le sol de ses deux pattes avant et libéra une incroyable quantité de magie. Une violente bourrasque se mit à souffler vers les terres, plia les palmiers qui ornaient la plage et manqua d'emporter avec elle les Messagers et les deux enfants qui étaient restés à leurs côtés. Instinctivement, Maggy attrapa le poignet d'Aelan qui vint enrouler ses bras autour de son ventre. Les yeux azurs de la fillette et ses cheveux de jais lui semblaient si... familiers.

- Maggy, il faut l'aider, le Baron va perdre le combat !

Thomas avait lui aussi agripper de l'autre enfant qui, comme sa sœur, s'était empressé de serrer entre ses mains l'avant-bras du jeune homme. La Messagère se retourna vers les deux géants. Le démon assaillait son ennemi de ses griffes tranchantes. Le Baron semblait impuissant devant cette menace. Ses mouvements étaient devenus extrêmement lents, il semblait avoir du mal à rester debout.

- C'est ce monstre qui a figé le Baron ! Essaye de le distraire un peu, je vais briser son sort !

Thomas hocha brièvement la tête. Après s'être séparé de Kane, il empoigna sa hache à deux mains et chargea le sphinx. Son arme frappa une des pattes griffues du monstre et ricocha comme si il s'agissait de pierres. Il réitéra son attaque qui se solda sur le même résultat. Il se préparait à donner un nouveau coup lorsqu'il sentit quelque chose le pousser sur le côté, le faisant esquiver de justesse les crocs de son adversaire.

- Merci Aelan !

La petite fille lui fit un grand sourire avant de reprendre tout son sérieux. Elle dégaina les deux lames qui pendaient à sa ceinture.

- Fais attention ... Thomas !

Le jeune homme hocha la tête et repartit à l'attaque, tous ses sens en alerte pour prévoir le moindre coup du monstre.

De son côté, Maggy avait commencé à réciter une nouvelle formule pour briser le cercle de magie qui se dessinait petit à petit sous le Baron. L'intervention d'Aelan l'avait au début inquiétée, mais la fillette, assistée à distance par son frère, faisait des merveilles. Elle sautait agilement, donnait des coups rapides et précis. Son style de combat ressemblait à une danse, un ballet mortel entre elle et le sphinx. A côté d'elle, les attaques de Thomas, pourtant beaucoup plus efficaces, semblaient brouillonnes.

Le cercle magique finit par se briser, libérant le Baron de ses nouvelles chaînes magiques.

- Reculez !

Le Messager et les deux enfants se séparèrent du monstre géant et rejoignirent au pas de course la jeune femme. Le Baron avait repris son combat et dominait maintenant largement son adversaire affaibli par les attaques répétées des humains.

Le golem attrapa le sphinx par le cou et le souleva dans les airs avant de l'envoyer vers le portail dimensionnel. Le monstre vola vers la brèche et disparu dans l'autre dimension. Le portail disparut l'instant suivant, laissant les sauveurs de Siwa seuls sur la plage, épuisés.

Maggy soupira, soulagée que tout cela soit enfin terminé. Elle sentit une petite main serrée la sienne et baissa les yeux vers Aelan.

- Bravo Ma-Maggy !

La Messagère lui sourit et la prit dans ses bras.

- Tu as été courageuse ! Qui t'as appris à te battre comme ça ?

- C'est...

- C'est notre mère.


Kane s'était rapproché de sa sœur et lui jeta un regard insistant. La fillette fit une moue boudeuse et se dégagea de l'étreinte de la Messagère. Elle rejoignit ensuite son frère et lui prit docilement la main.

- Nous devons y aller, Jiladas va nous tapper sur les doigts si nous nous attardons ici.


Sans prévenir, ils disparurent dans un nuage de fumé.

Maggy écarquilla les yeux, complètement déboussolée par ce qui venait de se passer.

- Je rêve... Ils ont disparu ?!

- Il semblerait bien... Je te rassure, tu n'es pas encore sénile !


Elle donna un coup de bâton à Thomas pour le punir de sa remarque. Le jeune homme lui tira la langue et la prit dans ses bras. D'abord surprise par le geste de son ami, elle finit par lui rendre son étreinte et posa son front contre son armure.

- Après... Il me semblait qu'ils avaient dit que c'était Weimor qui les avait emmené ici...

La Messagère releva la tête et recula vivement.

- Tu fais bien de me le rappeler ! JE VAIS LUI CRAMER LE DERRIERE !


Elle se précipita vers le village, bien décidée de punir le nomade et d'enfin profiter de ses vacances bien méritées sur l'Île de Siwa.




Voila voila, j'espère que ça vous a plu!
Désolée pour les fautes/coquilles, il est tard et j'ai pas le temps (et surtout la flemme) de bien relire. T_T

Merci pour cet event, c'est toujours sympa d'avoir de petits sujets d'écriture!

Cordialement,
Riza'

One_Piece45

Grand Fantasia GameSage FR
One_Piece45
Inscrit le
Mer 10 Juil 2013
Messages
106
Lieu
France
Publié le25 11 2017, 12:43 pm
Bonjour à tous,

Merci aux participants d'avoir racontez vos débats les plus intense les uns les autres.

Je bloque le sujet le temps que je délibère des gagnants.

Bonne journée,

Yanaho, XXX.

One_Piece45

Grand Fantasia GameSage FR
One_Piece45
Inscrit le
Mer 10 Juil 2013
Messages
106
Lieu
France
Publié le07 12 2017, 11:41 pm
Bonsoir,

Je vous remercie encore une fois pour avoir participé à cet évent. Vos combats étaient vraiment drôle quelques fois, avec des petites touches mignonnes :p !
Après avoir longuement réfléchi sur les différentes places à vous attribuer, voici les gagnants :

1 ère place : rizasam2
2 ème place : RukiaK59000
3 ème place : cassisetreita

Je rappelle, les récompenses :

1 ère place : Costume au choix d'arme
2 ème place : Costume au choix de corps
3 ème place : Costume au choix de tête

Je vous demande par MP Forum, de me donner ce choix de costumes qui devra être dans les archives !

Encore merci,
Yanaho, XXX.

One_Piece45

Grand Fantasia GameSage FR
One_Piece45
Inscrit le
Mer 10 Juil 2013
Messages
106
Lieu
France
Publié le07 12 2017, 11:55 pm
Je reviens ici, pour demander à Zettai12 de me mp par forum ou par discord !

Yanaho, XXX.
Afficher les messages depuis:   Trier par: